Vends tes culottes sales

Vendre ses culottes sales

J’ai vendu mes culottes sales ! Je ne me souviens pas d’une plus grande satisfaction depuis 1997, lorsque j’ai été choisi pour jouer le rôle principal dans la dernière pièce de théâtre de l’école primaire, Peter Pan. Jusqu’à présent, c’est certainement l’objectif le plus difficile à atteindre, mais je l’ai fait !

Quelqu’un a acheté mes sous-vêtements sales ! Je l’avais inséré comme cible parce qu’il me semblait que c’était la connerie transgressive classique, quelque chose à essayer dans la vie, en somme. Je me suis dit : je vais quand même salir ma culotte, autant la vendre.

Si ça marche, je ferai des affaires et je gagnerai beaucoup d’argent. Je n’avais pas la moindre idée de ce qu’était le monde du fétichisme – non pas que je sois un scientifique maintenant – mais je dois admettre que c’était très drôle et très instructif.

Je vous préviens tout de suite, c’est un travail fatiguant : une carrière d’étaleur de sous-vêtements donne beaucoup de satisfaction, mais elle demande de la volonté et du dévouement.

Culotte sale

Mais allons-y dans l’ordre. J’ai commencé par une recherche classique sur Google et comme un bon nerd, j’ai commencé à étudier ce monde sous-marin fascinant et incroyable : j’ai lu des blogs, des articles et des sites de commerce électronique spécialement dédiés et je me suis rendu compte qu’il y a une quantité dévastatrice de fétichistes. Vraiment, une poignée.

Beaucoup de gens s’érotisent avec les sous-vêtements de femmes inconnues, en particulier les bas, les culottes, les soutiens-gorge et les chaussures. J’ai été surpris, car je pensais que le fétichisme était un tabou de niche, mais je n’ai pas été choqué du tout.

Aussi parce que qui suis-je pour juger, puisque mon principal besoin érotique est inextricablement lié au canapé de mon salon ? En outre, après la récente découverte – scandaleuse – de phoques qui obligent les pauvres pingouins à avoir des relations sexuelles avec eux, je n’ai vraiment pas envie de juger qui que ce soit.

Culotte portée

Ainsi, une fois que je suis entré dans le monde magique du fétichisme et que j’ai découvert que j’étais assez bon dans ce domaine, j’ai procédé à la mise en place de ma belle annonce, en suivant les conseils et les instructions des plus expérimentés dans ce domaine.

J’ai préparé pour vous un guide de vente de la culotte, une série de perles de sagesse pour ceux qui sont curieux de savoir comment j’ai fait et peut-être de commencer une carrière. Voici donc toutes les étapes :

  • Première étape : les sous-vêtements. Choisissez ou allez acheter un sous-vêtement sexy. Pas de culotte de grand-mère. PAS de culotte couleur chair qui soit la couleur de l’antisexuel. Et, d’ailleurs, PAS de sous-vêtements hors de prix. J’ai opté pour un string bleu classique avec des papillons. Trois euros et demi. Finalement, j’en ai vendu un autre, mais ce qui compte, ce sont les photos.

 

  • Deuxième étape : les photos. Vous devez prendre des photos sexy dans lesquelles on vous voit porter les sous-vêtements de votre choix. Il ne vaut pas la peine de télécharger la photo des fesses de Hunzicker et de la culotte de Roberta sur Internet, car s’ils se rendent compte que c’est un faux, ils supprimeront la publicité. Les photos doivent être authentiques, mais vous ne devez pas montrer votre visage. J’ai agrafé mon petit ami, un jour il est rentré du travail, et je lui ai dit : « prends une photo de mon cul ». Puis j’ai baissé mon pantalon et je me suis levée avec mon string bleu. N’importe quel mammifère aurait eu l’air plus sexy que moi. Même mon petit ami l’a remarqué. Ta cuisse est toute tordue. C’est normal ? Il me le demande. C’est de la cellulite, idiot, je vais lui dire. Mais l’important, c’est d’essayer, non ?

 

  • Troisième étape : après avoir pris une photo de votre cul, couvrez-le. Créer un nouveau courrier électronique anonyme. Je l’ai fait parce qu’au travail, j’utilise beaucoup le courrier électronique : laissez un de mes clients, intimement fétichiste, faire un tour sur le portail des culottes usagées et voir le courrier électronique que j’utilise habituellement pour lui envoyer des documents et des « salutations cordiales ». J’ai des frissons rien qu’en y pensant. Par ailleurs, si vous souhaitez m’écrire en privé (ou acheter d’autres culottes), veuillez me contacter sur focamonacablog@gmail.com, je serai à votre disposition pour les divers et possibles. Miaou.

 

  • Quatrième étape : choisir le site. En espérant qu’en ce moment, il n’y ait plus de mes fesses qui circulent, je vous recommande mutandineusate.com, qui est l’un des portails les plus populaires : faites un tour, vous découvrirez un monde qui n’a jamais existé, croyez-moi. Il y a beaucoup de nudité, je vous préviens au cas où vous seriez facilement choqué.

 

  • Cinquième étape : préparer l’annonce. Il est conseillé d’inventer une histoire captivante, car ce que les clients achètent n’est pas seulement un morceau de tissu malodorant, c’est aussi l’image passionnante d’une femme qu’ils n’auront jamais. Alors, vendez leur bien cette image. Je suis par exemple devenue Veronica Marchesi, une policière qui aime porter des strings sous son uniforme pendant deux ou trois jours, faire des choses comme aller au gymnase et menotter les gens puis les vendre, ce qui est une énorme récompense. Le prix. Ne mettez pas un prix inférieur à 15 € car sinon votre produit n’est pas crédible et est sous-évalué. En outre, le prix peut varier au cours des négociations en fonction de certains facteurs, à savoir : 1. combien de jours votre client veut que vous portiez une culotte (j’ai préparé la liste des prix, 15 € pour 1-2 jours, 20 € pour 3-4 jours) ; 2. si le client vous demande de faire des choses supplémentaires (par exemple, s’il veut que vous alliez à la salle de sport et que vous transpiriez beaucoup, le prix doit bien sûr augmenter) ; 3. le type de culotte (une culotte élégante, particulière ou de marque doit coûter plus cher)

 

  • Sixième étape : la négociation avec le client. C’est là que ça devient bon. Dans les trois jours qui ont suivi la publication de mon annonce, j’ai reçu 13 contacts : parmi ceux-ci, 1 femme et 12 hommes. Un ou deux d’entre eux m’ont écrit, mais la plupart d’entre eux ont demandé des informations ou formulé des demandes spéciales (ils les appellent « petits cadeaux » et il s’agit généralement d’objets d’usage personnel à ajouter dans le paquet, tels que des rouges à lèvres, des mouchoirs, des jarretières et autres choses similaires). Avec l’un d’entre eux, j’ai eu une longue et intéressante discussion, avec trois autres, je suis allé très loin dans les négociations, avec l’un d’entre eux, j’ai finalement conclu l’accord. Ce type poli m’a demandé les sous-vêtements que je portais à ce moment précis, alors je les ai gardés deux jours spécialement pour lui. Il m’a ensuite donné son nom et son adresse et a fait un dépôt de 20 euros sur Paypal. Même mon premier argent de poche ne m’a pas rendu si fier.

 

  • Septième étape : le port de sous-vêtements. Cela n’en vaut pas la peine. Les sous-vêtements doivent avoir été vraiment portés et être VRAIMENT sales, parce que s’ils les reçoivent en sentant les câlins, ils vous dénonceront sur le site et feront un cul comme ça. Les clients sont exigeants et on ne se moque pas d’eux. De plus, il s’agit d’une question d’honnêteté morale : ils s’exposent, nous révèlent leur identité, nous envoient leur adresse, nous paient d’avance, bref ils nous font confiance : ils attendent notre saleté, ils nous paient pour cela, et leur offrir un morceau de tissu qui n’a pas le goût du thon est injuste. Ce n’est tout simplement pas fait !

 

  • Huitième étape : Emballage et envoi. Il est nécessaire d’emballer le précieux produit, en le couvant bien pendant le temps nécessaire, dans un sac en plastique comme le domopak, en faisant bien sortir l’air et en le fermant pour le maintenir le plus possible sous vide. Ceci afin de préserver le parfum, qui pourrait malheureusement s’estomper pendant le voyage. Envoyé immédiatement par courrier prioritaire dans une enveloppe A4 marron, je recommande l’anonymat.

 

  • Neuvième étape : demander un retour d’information. Vous pouvez donc vous améliorer. J’étais très inquiet que lorsque ses sous-vêtements sont arrivés, il n’en sache rien ; j’ai été anxieux pendant 24 heures, mais ensuite les réactions sont arrivées : mon cher fétichiste était plus que satisfait ! Il m’a même récemment réécrit qu’il aimerait en commander une autre paire.

 

  •  Dernière étape : Appréciez le visage dégoûté de votre petit ami et de vos amis lorsque vous leur dites tout cela.

vente culotte sale

Maintenant que vous savez tout ce que vous devez savoir, il ne vous reste plus qu’à essayer. Et vous savez quoi ? Faites-le. Sérieusement, faites-le, c’est amusant ! Ce n’est pas les 20 euros, bien sûr, c’est tout le reste. Tout d’abord, entrez en contact avec ces personnes, qui sont pour la plupart très gentilles, qui écrivent dans un italien correct sans utiliser de vulgarité et qui font leurs demandes avec des mots gentils et respectueux (caca, cul, culotte, poils, on dirait presque qu’elles parlent à des enfants de maternelle parfois).

70% de mes clients dans mon vrai travail ne peuvent pas se vanter de ces caractéristiques. Et puis je vous assure que vous ne verrez plus jamais vos sous-vêtements sales avec les mêmes yeux, c’est garanti. Si vous aviez l’habitude de les agrafer entre le pouce et l’index et de les mettre rapidement dans la machine à laver, vous les regarderez maintenant presque tendrement. Il y a quelqu’un dans le monde qui voudrait les mettre sur son visage ! Il ne sera plus sale, juste une odeur intense et sensuelle d’intimité féminine.

Vous allez penser que je dis de la merde, mais c’est faux. La vente de vos sous-vêtements sales augmente votre estime de soi. Je l’aurais découvert un peu plus tôt, au lieu d’être si paranoïaque devant le miroir au milieu des rasoirs, des collants raffermissants, des pompes et des déodorants !

Tout ce dont j’avais besoin était un de mes sous-vêtements sales pour être enfin appréciée. Imaginez cela.

Sous vetement femme sale a vendre

UNE RÉFLEXION FINALE SÉRIEUSE SUR LES FÉTICHISTES Vraiment, réfléchissons. Nous sommes habitués à considérer les fétichistes comme des personnages bizarres, voire des maniaques sexuels. On les appelle « les pires pervers », « les branleurs », « les branleurs », « les perdants », « les malades », « les pathétiques », « les êtres abjects ». La société les dégoûte et les éponge, voire les craint, et pourquoi ?

Juste parce qu’ils sniffent des sous-vêtements ? Cela n’a pas de sens. En parcourant les blogs et les forums, j’ai trouvé des témoignages intéressants de fétichistes : en les lisant, on comprend qu’il s’agit simplement de personnes ayant des besoins érotiques bien définis, particuliers et assez répandus. Des besoins qui ne font de mal à personne, d’ailleurs. Ils sont souvent timides, polis et frustrés par l’opinion que les gens ont d’eux. Pauvres petites étoiles ! L’un d’eux en particulier m’a impressionné par la façon dont il a décrit un sous-vêtement fraîchement reçu.

Neruda n’a jamais écrit un meilleur poème que ces quelques lignes dans lesquelles ce type décrivait les odeurs qu’il appréciait avec ses sous-vêtements. La poésie érotique : un plaisir à lire, vraiment. Je n’ai jamais vu une culotte comme ça là-bas. Bref, pour moi, être en contact avec ces personnes a été une expérience unique qui m’a fait me sentir plus proche de l’humanité. Finalement, après avoir envoyé mon joli petit paquet, j’ai même regretté que tout soit fini. Je suis heureux d’avoir fait cela. Je suis si content que je le refasse peut-être. Peut-être que les perdants sont vraiment le reste d’entre nous. Fétichistes du monde entier, la nonne phoque est votre amie !

 » (…) le string, beau et sexy comme un fou, était encore légèrement humide, plein de parfums enchanteurs. L’arôme de la mousse du bain se mélange à une odeur très douce de féminin, pas trop piquante, et à un parfum de dos âcre de sueur sur des (…) Cet article est traduit et adapté d’après un récit vrai et authentique d’une bloggueuse qui souhaite garder son anonymat.

Article d’une blogueuse anonyme. Traduit et reformulé pour votre plaisir.